Réponse à Clémentine Autain sur sa prise de position concernant les manifestations du 17 Novembre 2018 de ne pas y faire participer les partis de gauche.

Chère Clémentine.

C’est avec une grande satisfaction que j’ai lu l’article de votre journal concernant votre prise de position au sujet des manifestations du 17 novembre organisées par les syndicats contre les dernières mesures du gouvernement sur la hausse du prix de l’essence. Manifestations qui donneront lieu, hélas, à la triste intrusion de ce parti d’extrême-droite que nous connaissons tous.

«L’histoire est l’œil de l’Humanité » disait Victor Hugo.

Prenons les choses dans le contexte actuel et voyons les analogies que nous avons vécu entre la crise des années 30 et le début de ce troisième millénaire.

Historiquement, la crise des années 30 prend sa source dans le crack boursier de 1929, dont l’une des causes principales est la déflation qui avait gangréné l’économie mondiale durant les années qui précédèrent le « Jeudi Noir ».

Qu’est-ce que la déflation ?

« La déflation est un gain de pouvoir d’achat de la monnaie qui se traduit par une baisse durable du niveau général des prix « 

Pour notre part, nous avons nous aussi subi une crise économique mondiale en 2008, qui trouve ses origines, elle, dans le dégonflement de bulles de prix (dont la bulle immobilière américaine des années 2000) et les pertes importantes des établissements financiers, provoquées par la crise des subprimes. Elle s’inscrit dans le cadre de la « Grande Récession » amorcée en 2008 et dont les effets se font sentir au-delà de 2010.

Même si les raisons sont différentes, au final, il est bon tout de même de noter que, depuis 40 ans, les délocalisations de la part nos entreprises à l’étranger ont fortement affecté nos économies et donc nos sociétés.

Nous en payons aujourd’hui les conséquences.

Je m’explique.

Un simple exemple :

La Chine étant une dictature communiste, les ouvriers sont opprimés et payés une poignée de cacahouètes, le tout pour nous vendre des biens industriels : ordinateurs, parapluies, postes,téléphones, télévisions et autres, à nous, les Occidentaux fortunés (jadis). Regardez dans votre salon d’où provient l’origine de vos produits. Nous ne pouvons concurrencer leur produits, ce qui inclue baisse des emplois pour nous. Fermeture des industries. Et colère du peuple.

Si l’on observe les chiffres des importations/exportations entre la Chine et l’Union Européenne on y découvre, sans surprise, un colossal déficit par rapport à nos échanges avec nos autres partenaires internationaux commerciaux. Ceci n’est qu’un exemple.

Commerce extérieur de l’UE avec ses 15 principaux partenaires à l’exportation en 2016

Sans oublier que le modèle européen présente hélas de nombreux défauts qui affectent également notre économie au niveau de l’emploi et de notre système de protection sociale. Ils doivent être corrigés. Un vaste sujet qui nécessitera un autre article.

L’analogie entre ses deux périodes tient au fait que les défauts de l’économie mondiale engendrent chômage,  baisse du pouvoir d’achat,  montée des colères populaires, populisme et in fine, fascisme, et se concluent par des guerres en Europe et dans le monde.

Nous citerons pour exemples tragiques  : Syrie (parallèle entre la guerre d’Espagne de 1936 et la non intervention militaire officielle des pays contre le fascisme), Bosnie, Tchétchénie, Ukraine, etc (parallèle de l’expansionnisme de la Russie, en Europe et ailleurs).

La crise de 1929 produisit la montée des extrémismes en Europe. Et, malheureusement, le même phénomène est à l’œuvre aujourd’hui.


Maintenant, le mécontentement est total et notre devoir est de nous souvenir de l’histoire pour éviter que se reproduisent les tragédies qui ensanglantèrent notre continent et le monde.

Regardons maintenant les événements du 6 février 1934 :

La date du 6 février 1934 fait référence à une manifestation antiparlementaire organisée à Paris devant la Chambre des députés par des groupes de droite, des associations d’anciens combattants et des ligues d’extrême-droite pour protester contre le limogeage du préfet de police Jean Chiappe à la suite de l’affaire Stavisky. La manifestation tourna à l’émeute sur la place de la Concorde, faisant au minimum 15 morts (dont 14 parmi les manifestants), 31 voire 37 morts si l’on compte les décès ultérieurs et plus de 2 000 blessés, ce qui en fait la fusillade des forces de l’ordre la plus sanglante depuis celle de Fourmies en 1891. De nouvelles manifestations violentes – avec de nouvelles victimes du côté des manifestants –  se produisirent les 7, 9 et 12 février.

En 2018, nous risquons d’être le 17 novembre dans une manifestation analogue à celle de 1934 avec la présence de l’extrême droite en force, accompagnée d’un peuple en colère avec pour motif  et prétexte la Hausse du prix de l’essence.

Ne reproduisons pas l’histoire. Nous en connaissons déjà la fin avec les drames de la seconde guerre mondiale.

Actuellement, nous avons une extrême-droite en force dans notre pays, et demain, peut-être, se présentera une nouvelle occasion pour elle d’aller racoler dans le mécontentement populaire pour encore plus se renforcer.

Je tiens aussi à vous signaler que Jean-Luc Mélenchon a largement renforcé cette extrême-droite en reprenant exactement les mêmes propos que celle-ci. Je vous rappellerai les slogans communs « Tous pourris ces politiciens, opérations balais, etc » ainsi que de sa division de la gauche sa candidature en solitaire. Nous avons donc eu de manière logique un second tour Lepen / Macron qui aurait tout aussi bien pu être un second tour Lepen / Fillon.

Il est donc nécessaire que les partis de gauche ne participent pas à ces manifestations et de laisser au peuple le droit de s’exprimer selon ses besoins, sans être récupéré politiquement. Car nous assisterons alors à une catastrophe sur les pavés.

Et l’extrême-droite en récupérera évidement les avantages.

Je vous laisse deviner la suite pour 2022.

Bravo donc pour l’intelligence de votre position appelant à ne pas y participer en tant que parti. Il faut laisser au peuple la liberté de manifester librement, sans être récupéré politiquement.

Cordialement

Sir Moustik le Chat ( Assisté pour l’écriture par son Majordome Paul Rande)

Laisser un commentaire